Hospital: CIUSSS du Saguenay-Lac-St-Jean (Hôpital de Roberval),
City: Roberval, Quebec
Initiative: Feu en salle d’opération! On ferme l’obstétrique… Mais si une parturiente se présente??

 

Contexte et vue d'ensemble :

 

Le matin du 6 mai, un incendie s’est déclaré au bloc opératoire, rendant inutilisables les salles d’opération pour une période de temps indéterminé. Dans le contexte où il n’était plus possible de ne faire aucune chirurgie, et où il était toujours possible qu’une parturiente se présente à l’hôpital pour diverses raisons, dont un accouchement précipité, une procidence du cordon, une hémorragie antépartum, l’élaboration d’un plan d’action est devenue une nécessité. L’organisation temporaire des services permettait également de répondre à toutes situations impliquant un transfert inter établissement, la nécessité d’un accouchement immédiate ou d’une césarienne. L’équipe AMPROOB s’est donc mobilisée afin d’établir une procédure pour maintenir la sécurité des parturientes et de leur bébé et s’assurer de la qualité des actes à poser.

La première étape a été d’identifier les acteurs dans la mise en place du  plan d’action. C’est l’équipe de base partielle AMPROOB, soit Dr Guillemette, Mme Lina Guay AIC, Dr Rioux, Mme Karina Cloutier conseillère en gestion des risques, Mme Louise Lévesque infirmière bachelière, Mme Hélène Langlois, consultante AMPROOB ainsi que Dre Donna Cherniak, qui ont soulevé la problématique et c’est également eux qui se sont réunis afin de mettre en place les procédures nécessaires.

La deuxième étape a été d’identifier les secteurs d’activités à mobiliser si une parturiente se présentait. Tout d’abord, l’équipe a prévu un plan afin de pouvoir offrir dans l’immédiat des services de chirurgie sécuritaire dans un contexte de situation mettant en danger la vie de la mère ou du bébé en jeu. La salle d’urgence-trauma était l’endroit, dans l’immédiat, où une chirurgie respectant les normes de qualités telles qu’une césarienne P1, curetage d’urgence, pouvait se faire. Cette salle a été équipée par l’équipe de la SMI, afin d’avoir à la portée de main tout le matériel nécessaire pour les césariennes, laparotomies et curetages. Une table chauffante y a été également installée pour l’accueil du bébé.

Ensuite, l’équipe de base partielle d'AMPROOB s’est concertée afin d’établir avec l’organisation un deuxième endroit répondant aux normes ou à mettre aux normes pour des césariennes d’urgence, jusqu’à ce que le bloc opératoire soit opérationnel (soit janvier 2017).

Une stratégie de communication a été élaborée afin de s’assurer que les bons acteurs interviennent au bon moment et que la population soit informée des mesures prises. 

  • Les femmes enceintes du secteur ont toutes été avisées personnellement soit par leur médecin ou par l’infirmière de la clinique de périnatalité de ne pas se présenter à Roberval et d’aller directement à Alma ou Dolbeau.
  • Des corridors de services ont été développés avec les centres d’Alma et de Dolbeau afin de s’assurer de leur capacité de prise en charge des patientes de notre secteur.
  • Secteur préhospitalier : avisé que lorsqu’ils ont à faire un transport d’une parturiente de la maison vers un centre hospitalier, de se diriger vers Alma ou Dolbeau, sauf si le danger pour la mère ou le bébé est immédiat.
  • Secteur hospitalier : Si une patiente se présentait au département, il y avait mis sous tension des équipes ambulancières pour une possibilité de transfert. Si un accouchement potentiel doit arriver à Roberval, mise sous tension de l’équipe obstétricale, de l’équipe d’urgence, du chirurgien de garde, de l’anesthésiste de garde ainsi que du personnel du bloc de garde et de la pédiatre.

Finalement, une AMDE (Analyse des Modes de Défaillance et de leurs Effets) a été élaborée pour les trois situations critiques à risque élevé suivantes :

  • hémorragie antépartum
  • procidence du cordon
  • accouchement précipité

Celui-ci prévoit les intervenants à rejoindre, l’intervenant qui fait l’avis, les coordonnées, le point de rendez-vous ainsi que le motif de l’appel. Voir le document en pièce jointe.

Cette AMDE a été présentée à tous les acteurs concernés et elle a été mise en fonction par la suite, car elle permettait d’offrir des soins sécuritaires et de qualités tout en respectant les normes d’AMPROOB lors de situation d’urgence obstétricale dans un contexte de bloc opératoire non fonctionnelle.

 

Contenu principal de la soumission :

 

Comment les participants de premier plan ont-ils été impliqués dans cette initiative?

Une réunion était prévue afin de démarrer la quatrième année d’AMPROOB dans notre établissement avec la consultante Mme Hélène Langlois et sa collègue. L’ordre du jour de cette rencontre a été mis de côté dès que la problématique a été identifiée par les membres de l’équipe de base. Il a été décidé qu’un plan d’action devait être élaboré afin de diminuer le plus possible les risques encourus. Les outils proposés par le programme AMPROOB ont été utilisés tels que le document de planification AMPROOB plus. Il a été également convenu qu’une AMDE devait être faite. C’est Karina Cloutier qui a été mandatée pour faire l’animation des travaux de l’AMDE avec les membres de l’équipe de base partielle, nommées plus haut. L’AMDE finalisée a été présentée à tout le personnel de la SMI, de l’urgence, du bloc et aux coordonnateurs d’activités.

Comment les cadres supérieurs ont-ils soutenu cette initiative?

Ils ont accepté de libérer Louise et Lina afin qu’elles puissent élaborer l’AMDE. De plus, ils ont accepté la mise en place du plan tel quel. Ils ont facilité la collaboration avec les différents secteurs d’activités impliqués. Finalement, ils ont participé à la diffusion de l’AMDE aux différents acteurs concernés.

Comment les renseignements et l’analyse contenus dans les rapports du programme AMPROOBOB ont-ils été utilisés?

L’AMDE a été faite dans le respect des valeurs d’AMPROOB. La sécurité des parturientes et des travailleurs a été au centre des réflexions de cette démarche. De plus, la communication ainsi que le travail d’équipe en interdisciplinarité ont été mis en avant plan. D’avoir en tête les principes directeurs du programme nous a permis d’élaborer rapidement un plan d’activité efficace, sécuritaire et assurant des soins de qualité dans un contexte peu favorable (absence de bloc opératoire.)

Comment les progrès et le succès ont-ils été partagés?

L’équipe de base a été reconnue par l’organisation pour leur mobilisation afin d’assurer des services sécuritaires à notre population. D’ailleurs, nous avons eu un accouchement précipité, et tout a fonctionné comme prévu en raison de notre plan préétabli. Le personnel en place a été félicité par l’AIC et l’équipe médicale pour leur efficacité.

Indiquez des exemples de collaboration interprofessionnelle établie dans le cadre de votre travail sur cette initiative.

L’implication de l’équipe médicale à l’élaboration de l’AMDE en collaboration avec l’équipe soignante a grandement facilité son application par la suite. La mise sous tension de toutes les équipes a été facilement acceptée et respectée par chacun des acteurs.

Décrivez les résultats et les répercussions de cette initiative (exemple : décrivez tout changement d'unité ou de pratiques. Fournissez des renseignements quantitatifs ou qualitatifs, le cas échéant. L’initiative vous a-t-elle permis de réaliser des économies? D’améliorer les résultats pour les patientes? Si oui, veuillez préciser.)

Cette tragédie nous a fait réaliser la précarité de nos installations et la fragilité de notre organisation de service en l’absence de bloc opératoire. Mais elle nous a également permis de constater notre grande capacité d’adaptation, notre capacité de collaboration interdisciplinaire et intersectorielle de notre établissement. Finalement, c’est grâce au leadership acquis par la formation du programme AMPROOB que nous avons pu organiser par la suite des services obstétricaux dans notre unité d’obstétrique. Les salles d’accouchement sont devenues une salle de césarienne qui répond aux normes et les équipements des salles ont été déplacés dans deux autres chambres afin de pouvoir y pratiquer les accouchements. Ces modifications nous ont permis d’offrir à nouveau à notre population d’accoucher dans notre centre le 11 juillet 2016 soit 2 mois après l’incendie

Nous sommes fières d’avoir participé à ce programme, car nous sommes convaincus que ce sont les connaissances acquises, dans le cadre du programme AMPROOB, qui nous ont permis de nous mobiliser et de trouver des solutions sécuritaires afin d’assurer des services en un temps record après l’incendie. À noter qu’au départ, nous pensions être au moins 6 mois sans pouvoir offrir des activités obstétricales sur l’unité.

En conclusion, ce sont nos liens forts, tissés par 5 années de travail autour du programme AMPROOB qui nous ont permis de rebondir après cet incendie. Notre équipe a su saisir l’opportunité de faire valoir leur leadership clinique afin de pouvoir à nouveau travailler dans notre mission, qui nous est cher, soit d’offrir des soins et des services sécuritaires, de qualité, et accessible aux enfants et à leur famille.

 

Resume :

 

Suite à un incendie majeur du bloc opératoire, toutes les activités obstétricales ont dû être cessées dans notre établissement. Aucun plan d’action n’avait été élaboré auparavant, afin de déterminé les actions à prendre s’il nous arrivait une situation d’urgence avec une parturiente. C’est dans ce contexte que l’équipe de base partielle AMPROOB ce sont mobilisés afin de mettre sur place un plan d’action efficace et sécuritaire permettant aux équipes de savoir où, quand, qui et quoi faire si nous avions à intervenir rapidement. C’est en effectuant une AMDE que nous avons pu mettre en place tout le nécessaire pour assurer des soins de qualité et sécuritaire à notre population. Fort de nos 5 années de mobilisation autour du programme AMPROOB, nous avons pu rapidement susciter la collaboration des différents acteurs concernés et ainsi permettre à l’organisation d’offrir des services obstétricaux dans notre établissement seulement 2 mois après l’incendie. Les valeurs de sécurité, qualité, accessibilité, communication et les besoins de notre population nous ont gardés motivés tout au long de cette période.